Apprendre les langues étrangères à son enfant

Notre société multiculturelle et la mondialisation croissante sont probablement les principales raisons pour lesquelles de plus en plus d’enfants grandissent bilingues ou multilingues. Nous reconnaissons l’importance des langues dans le monde connecté d’aujourd’hui et l’avantage d’en maîtriser plusieurs. Le multilinguisme ne présente cependant pas des avantages uniquement au travail, mais également pendant les voyages. Découvrir pleinement un nouveau pays ou une culture étrangère nécessite d’échanger avec les habitants. Le multilinguisme n’améliore donc pas seulement les perspectives professionnelles de nos enfants. De récentes études ont montré que les enfants bilingues sont plus tolérants et cosmopolites.

Jusqu’ici, rien que du positif. Mais concrètement, qu’en est-il de l’éducation bilingue ou multilingue dans les familles et quels problèmes peuvent être rencontrés ?

Chez nous, la langue parlée par la famille est le français, et je parle le suisse allemand avec mes enfants, car c’est ma langue maternelle. Lorsque nous avons décidé d’émigrer à Barcelone il y a 3 ans, une troisième langue s’est ajoutée à cela. Ma fille de dix ans a appris l’espagnol très rapidement et s’est vite mise à communiquer avec ses nouveaux amis de manière fluide. Son petit frère, cependant, a commencé à mélanger les trois langues : « Je veux lo mismo Auto ! » OK, pensai-je, il est maintenant temps d’étudier le sujet d’un peu plus près. Au cours de mes recherches, j’ai vite compris que l’éducation multilingue était souvent traitée comme un sujet très exotique et qu’il manquait d’informations pertinentes.

Je me suis donc tourné vers la professeure Zwetelina Ortega. Linguiste, elle est l’un des rares experts dans le domaine de l’éducation multilingue et a fondé le Centre de formation et de conseil Linguamulti à Vienne. Dans l’interview, elle m’explique quels sont les défis majeurs de l’éducation multilingue et comment les parents peuvent encourager au mieux l’apprentissage des langues par leurs enfants.

Que doit-on prendre en considération en tant que parent lorsqu’on élève ses enfants dans un environnement bilingue ou multilingue ?

Dans les familles bilingues ou multilingues, chaque parent doit systématiquement parler sa langue avec l’enfant. On appelle cela « One person, one language ». Cette méthode apporte les meilleurs résultats selon mon expérience. Le plus important, c’est de l’appliquer de manière rigoureuse. Je vous donne l’exemple d’une famille vivant en Autriche. Le père parle allemand, et la mère français. La langue d’usage naturel est l’allemand et sera très probablement la langue principale de l’enfant. La mère doit donc systématiquement parler français avec l’enfant, pour lui permettre d’apprendre la langue et de l’adopter en tant que langue maternelle aussi.

On doit également veiller à appliquer cette méthode dès la naissance, afin que le bilinguisme ou le multilinguisme s’emploie dans la famille de manière naturelle.

Comment procéder si un enfant ne veut pas apprendre la langue de l’un des parents ? En reprenant l’exemple cité précédemment, que faire s’il ne veut pas adopter la langue de sa mère (dans ce cas précis, le français) ?

Il peut arriver qu’un enfant ne le souhaite pas ou n’en voit pas l’intérêt, et qu’il réponde dans l’autre langue. Il faut cependant continuer à lui parler dans sa langue de manière systématique et ne pas être tenté de passer à l’autre langue.

Il est préférable d’encourager l’enfant, de le complimenter et de le motiver de manière ludique. Ainsi, avec le temps, il associera le langage à la personne et finira par l’accepter. Surtout, évitez de forcer ou de corriger l’enfant, car il ne fait rien de mal en répondant dans une autre langue. Cependant, je peux dire par expérience qu’il y a toujours des phases au cours desquelles l’enfant parle plus ou moins une langue ou l’autre.

Les locuteurs non natifs ont également la possibilité d’habituer très tôt leurs enfants à une autre langue, par exemple avec une nourrice ou une garderie maniant une langue étrangère. Quels en sont les résultats et cela en vaut-il la peine ?

Les garderies bilingues ou une nounou parlant anglais sont un excellent moyen d’offrir un premier accès à une autre langue à un enfant. Il faut tout de même savoir que cela n’est pas comparable à un enfant qui parle plusieurs langues dans sa famille.

Apprendre une autre langue requiert beaucoup de mise en pratique et souvent, l’enfant a besoin d’une raison valable. La langue est émotionnellement liée à une personne et, par conséquent, une nourrice anglophone ne suffit généralement pas.

Il est toutefois possible d’apprendre une langue à un très haut niveau en dehors du contexte familial. Cela nécessite de l’utiliser avec rigueur, la plupart du temps pendant plusieurs années.

Un parent doit-il parfaitement maîtriser une langue pour pouvoir l’enseigner à ses enfants ?

Lorsqu’on a un bon niveau dans la langue d’usage de sa région par exemple, mais qu’on maîtrise moins bien sa langue d’origine, enseigner quand même à l’enfant sa langue maternelle n’est pas un problème. La plupart du temps, c’est une langue à forte connotation émotionnelle et l’enfant ressent l’importance de la connaître. Il est cependant impératif de faire des efforts et d’aller jusqu’au bout. Cela demande de la patience et du temps, et nécessite de travailler sur votre propre langue, afin de s’améliorer et d’apprendre.

Je ne vois pas l’utilité d’enseigner à un enfant une langue sans aucun fond émotionnel, telle qu’une langue que vous avez apprise lors d’un séjour à l’étranger et avec laquelle vous n’entretenez plus aucun lien. Une langue est censée avoir un but logique pour l’enfant aussi.

Les personnes déjà bilingues apprennent-elles plus rapidement une langue ?

D’après mon expérience, je peux clairement affirmer que les enfants bilingues ou multilingues apprennent une nouvelle langue plus rapidement et plus efficacement. J’ai travaillé avec des enfants réfugiés de Syrie et d’Afghanistan, qui ont grandi dans un environnement bilingue. J’ai été étonné de la rapidité avec laquelle ces enfants ont appris l’allemand. Même les enfants plus âgés et les adolescents parmi eux ont appris l’allemand à un niveau élevé très rapidement et n’ont presque pas d’accent.

Les enfants peuvent-ils se sentir surmenés ? Et comment s’en rendre compte en tant que parent ?

Ici aussi, il faut rester cohérent et ne pas toujours exposer l’enfant à une nouvelle situation linguistique. Si les parents ne sont pas sûrs d’eux et changent constamment de langue ou que la nourrice allophone n’est jamais la même, vous pouvez surcharger l’enfant et celui-ci se montrera réservé. Dans un environnement linguistique naturel et cohérent, l’enfant peut correctement s’adapter et acquérir le langage naturellement. Cela ne dépend pas du nombre de langues.

Pour les enfants, le langage, c’est avant tout l’attachement émotionnel à une personne, qui peut aussi être une personne extérieure à la famille. Cela ne se limite cependant pas aux émotions, car une langue s’exprime aussi par des expériences, une culture et des souvenirs. Si vous apprenez une langue de manière ludique à un enfant, ce dernier y verra un enrichissement plutôt qu’un fardeau.

Zwetelina Ortega est une linguiste, auteure et experte en multilinguisme. Elle est chargée de cours au département d’études romanes de l’Université de Vienne et directrice générale de l’association « Business for Integration ». Elle a organisé le concours de parole multilingue « Sag’s multi! ». Elle dirige actuellement le centre de conseil Linguamulti qu’elle a fondé. Le centre propose des consultations et des ateliers d’éducation multilingue aux parents, aux écoles maternelles et primaires. Ortega a été élevé en trilingue avec le bulgare, l’espagnol et l’allemand. Dans ces trois langues, elle éduque également ses deux enfants.

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter Mme Ortega via le lien ci-dessous. Les consultations sont également possibles via Skype. www.linguamulti.at